Je dis tous les ans la même chose, mais j'aime encore un peu plus Arras à cette époque de l'année.

Pas pour sa météo et ses journées qui raccourcissent mais pour l'énergie qui circule, l'ambiance qui règne autour du Arras Film Festival, puisque c'est désormais son nom.

Un festival, ce sont bien entendu des films, beaucoup et de très bons, et il y a comme une "économie de la frustration" dans les arbitrages à faire entre deux propositions artistiques.

Mais ce sont aussi des rencontres, des fenêtres ouvertes sur le monde, une effervescence, du lien qui se tisse par les partages entre les séances, mais aussi depuis l'an dernier sur Twitter où je découvre de nombreux regards extérieurs sur notre ville.

Les 10 jours de Festival sont comme un condensé de cet Arras que j'aime.

A nous de prolonger cet esprit toute l'année !