Je ne vous oublie pas, amis qui avez la gentillesse de suivre avec confiance et indulgence mes élans pour la littérature contemporaine.

J'étais parti en voyage dans les Etats de Parme aux côtés de la belle Gina, sur les routes d'Europe avec Fabrice Del Dongo.. délicieuse parenthèse dans le XIX° stendhalien.

Me revoici dans le siècle. Porteur d'une authentique pépite.

Il serait injurieux de forcer sur le superlatif pour rendre hommage à l'écriture sobre de Michaël Collado.

Anaïs est le roman d'une vie, classique et presque banale d'une jeune femme du siècle qui étouffe dans sa province.
Michaël Collado y dépeint ses amours avec une retenue sensuelle, une pureté presque surannée.



"Décidément, elle ne se lassait pas des héroïnes désuètes, ses amies, ses cousines, ses soeurs. Elle s'épargnait les romans grivois et paresseux, où l'on parle de sexe plutôt que d'amour, de cités HLM plutôt que de villes russes ou italiennes, de soi plutôt que de l'Etre".

Je vous invite à partager mon coup de coeur pour ce premier roman d'une étonnante maturité.