Daniel Schneidermann livre une intéressante analyse sur les vertus du dialogue direct affranchi des contraintes et des autocensures, dans Libération.