Je suis toujours sensible aux phrases simples qui résument un contexte politique.

Une fois n'est pas coutume, c'est chez Laurent Fabius que j'ai trouvé cette perle cette semaine : Je préfère dire "Voici mon projet", plutôt que "mon projet, c'est Voici"..

Pour rester dans les choses lues ces derniers jours : un roman sensible de Karine Reysset et une histoire déroutante servie par la langue sèche et précise d'Echenoz.