Çà se passe à Brooklyn.
Mikey Star n’a plus besoin de composer de code pour régler ses consommations ou déverrouiller son ordinateur.
Comme 2.000 autres cinglés dans le monde, il s’est fait greffer une Verichip.

Puce électronique implantée sous la peau, le produit était à l’origine destiné à marquer le bétail de la compagnie du même nom.

Mikey, lui, a toujours « été attiré par l’idée que l’homme et la machine allaient s’interpénétrer. »
Il a puisé dans la philosophie transhumaniste l’idée que l’espèce humaine allait maîtriser son évolution et décupler ses performances physiques, mentales et sensorielles.

Et il est toujours en liberté…